[OSM-talk-fr] Après corine, carthage, voici ASTER

GerhardP g.di at wanadoo.fr
Lun 6 Juil 18:28:07 UTC 2009


Bon, je n'étais "pas loin", juste à l'autre bout du monde ;-)
Mais pour le reste, merci du compliment !

Quant à la "peau d'oranges"
ce genre de choses m'était arrivé, quand je mettais un coefficient de
multiplication de l'altitude trop fort, dans le logiciel qui fait du tiff un
mesh (manipulable en 3d) :

Quand on met des coeffs x/y/z = 1/1/1,
même les Alpes peuvent avoir un aspect de fond de gamelle !
Donc on a tendance d'exagérer le Z, disons de 5 ou de 10, ça "donne du
relief".

Mais ça multiplie aussi les inégalités dues à la résolution d'origine de
l'altimétrie :-(

Avec les dems de seulement 8 bits de gris en alti,
ou des logiciels 3d qui "écrasent" un géotiff de 16 ou 24 bits en 8 bits,
c'est terrible :
Avec 8 bits, on dispose, de la valeur minimale (généralement sea level)
jusqu'à l'altitude maximale (disons pour simplifier le calcul, 7650 mètres),
de seulement 255 niveaux intermédiaires,
ça donne un "cran d'alti " tous les trente mètres.

Dans le dem d'une plaine ou fond plat de vallée, un pixel voisin peut très
bien avoir une valeur de gris "juuuste" à côté, mais ça "rend" trente mètres
de plus ou de moins...
Tant qu'on reste avec des coeffs 1/1/1, ça peut passer.

Mais si si on exagère l'alti de 10, on exagère aussi ces différences entre
pixels,
et ça peut donner en plaine plate... un relief de +/- 300 mètres !
"Peau d'orange", quoi...

Aussi, si le dem original est 16 bits (ou plus),
et un des outils dans la chaîne de travail derrière écrase ça en 8 bits
(et beaucoup de petits outils pour dem sont encore 8 bits), 
vlà aussi "peau d'orange" :-(...

S'il se trouve, que dans vos exemples/tests, ça aurait des causes de ce
genre ?
Ça pourrait expliquer... (?).

Gerhard
---
Euh, pour les "ombres fermées", ça pourrait avoir la même cause : trop de
relief, trop d'alti,
donc pas de lumière (virtuelle) affleurante sur les faces opposées.

Les renderers des outils gratos n'avaient pas de la radiosity et ces telles
choses (peut-être ça existe maintenant ?), "juste" du raytracing. Donc pour
éclairer les ombres, 'fallait y mettre un éclairage général de la couche,
dans les 15 à 25 %, voire plus,
avec un soleil autant plus "faible" et relativement bas. 
Dans nos contrées, le soleil d'hiver le midi est dans les 25° dessus
l'horizon, au pif', ça devrait être la position minimale.

L'inclinaison de la lumière "du haut à gauche ( = Nord-Ouest, si on est en
"plan"),
vient de la "perspective cavalière" militaire, 
une forme de représentation révolue depuis des générations.

Un "PS" un peu long, retour aux sources :

On donnait cet ombrage artificiel surtout aux façades-coupes-élévations,
pour distinguer ce qui était "devant" et ce qui était "derrière", au loin.
C'était une abstraction pour donner du relief sur du dessin, qui était
exécuté par des gens à la Cantrale, qui eux-mêmes n'avaient jamais vu les
lieux en nature,
mais qui dessinaient d'après des relevés que d'autres avaient faits.
C'était une "solution faute de mieux", qui est rentrée dans les conventions,
mais qui néanmoins est profondément fausse.
Le "quatrocento"a fait mien mieux, evc des rendus réalistes,
et regardez les projets qu'a fait Paladio, ses élèves, et ses suivants : 
La lumière y est "plus juste".
Mais, bon, 
dans l'admin' c'était resté  "depuis haut à gauche", le "coup du sabre".

Il me fait horreur de voir que certains profs enseignent cet angle de vue
"unifié" même en géométrie descriptive, 
comme si, quand le dessinateur change de point de vue, l'emplacement du
soleil dans l'univers change aussi...
Quand je mets le doigt dessus, on me dit que c'est pour "affûter l'esprit de
l'étudiant".
Si on est perfectionniste, on laisse le soleil à sa place, sur sa
trajectoire à un moment (qui change dans le temps, au travers des saisons et
des années !),
et on distingue entre géo descriptive et géo analytique.
En face des étudiants, on se doit d'enseigner ce qu'est compréhensible et
cohérent.
La plupart d'eux ne jamais n'auront besoin d'affiner les détails ni les
anomalies (sauf ceux d'astro, et c'est pô le même enseignement...),

ils ont besoin d'outils pratiques, de terrain,
par exemple qu'on leur indique que l'empan tendu en bout de bras (sans
tordre l'épaule) fait dans les 15° (ce n'est pas décrit dans le dessin de
Léonardo da Vinci..),
mais, tourné dans le sens du trajet du soleil, ça permet même à un citadin,
d'estimer à dix minutes près le temps qui reste jusqu'au coucher du soleil :
15° font une heure... (360° du pourtour de la terre / 24 heures).
Puis on ferme le poing, ses bosses des articulations donnent les 3 minutes : 
trois poings dans un empan (on compte de point de raccord extérieur du
poing, pouce sur le dessus), = 5 minutes, précision 1 minute,
c'est vachement bien pour une horloge/cadran !!

Surtout qu'il nous est donné de naissance, 
on ne paye pas un clou pour ça, on est nés avec ça !
"mesure universelle ?".
Et tant d'autres...
N'ai pas envie de m'élargir sur nos héritages, ce soir.
---

Mon usage des dems maintenant se limite à faire la partie lointaine de vues
3d, 
vues depuis le sol, ou de faible alti, 
dans d'autres logiciels, 
mais pas de la carto d'après photo, ce n'est plus mon job, 

je ne sais même plus, dans quel déménagement et dans quel carton j'ai pommé
mon "clic-clac" stéréoscope (tire-z-yeux),
et je n'ai depuis longtemps plus envie de crapahuter à quatre pattes sur le
plancher incliné de la "chambre de photogrammétrie" de l'Institut (pas en
France, une chambre quatre étages de haut, on venait juste de remplacer les
charbons les lampes à arc, et les vitres et micas de protection, quand j'ai
quitté) et à vivre une vie dans le noir l'année entière, pour conserver nos
yeux très sensibles, comme "ils" disaient.

Des années plus tard, avec difficultés (mentales) je me suis réconcilie avec
la carto (occasionnelle) au radar, au laser, par ordi
mais surtout que ça s'exploite à la lumière du jour, sur écran plat haute
rés sans scintillement, avec éclairage ambiant à incandescence (pas des
néons, ni des "économiques !"),
ai déjà suffisamment bousillé mes yeux, ai peur de devenir aveugle.

Je suis "pour" les "robots " en tant qu'outil,
tant qu'on s'en sert comme on se sert d'une clé, d'un marteau, d'un ciseau.
C'est la main de l'homme qui guide chaque tour de tournevis, chaque coup de
massette.


Dès qu'une massette part toute seule, ça tape sur le doigt et fait Très mal
(Eh, je ne vais pas ré-écrire I Asimov ni JWv Goethe ni F Villon ni Wv
Eschenbach, ici sur la liste,
c'est censé être culture générale ?!).

Trop long.
---


sly (sylvain letuffe)-2 wrote:
> 
> Tiens, j'avais pas donné la réponse à ce quizz ;-)
> .../...
> Et se trouve au Pérou un peu à l'Est de Lima
> 
>> Il faudra suivre de près ces dems, 
> Je me bagarre avec pour voir ce qu'on peut en tirer, c'est bien plus lourd
> à 
> manipuler que les anciens issus du SRTM, ils ne sont pas parfaits et la 
> licence est limitante
> -- 
> sly
> Sylvain Letuffe sylvain at letuffe.org
> qui suis-je : http://slyserv.dyndns.org
> .../...
> 

-- 
View this message in context: http://n2.nabble.com/Apr%C3%A8s-corine%2C-carthage%2C-voici-ASTER-tp3190013p3214709.html
Sent from the French OSM list mailing list archive at Nabble.com.




Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr