[OSM-talk-fr] Residential in Residential

g.d g.di at wanadoo.fr
Mer 22 Sep 11:40:03 UTC 2010


Le 22 sept. 2010 à 11:49, René-Luc D'Hont a écrit :
> Ma question était donc dans le cas d'un lot de bâtiment qui fait déjà partie d'un landuse=residential et que l'on souhaite nommé sans avoir à mettre un name pour chaque bâtiment. Donc comment représenté l'emprise d'un lotissement, d'une résidence, d'un quartier faisant déjà partie d'un residential.

Bhen, essaye, faire du area "residential"  par-dessus un residential déjà existant,
et on verra ce que ça donnera.
Je pense qu'il faut faire le test "grandeur nature".

Le risque me semble être que le nouvel area pourrait se superposer sur les bâtiments, et les cacher. A voir...
Je n'ai jamais compris comment fonctionne l'ordre de rendu des éléments divers dans les moteurs de rendu d'osm, 
que se superpose à quoi, ça m'échappe.

Visiblement ça ne fonctionne pas comme dans des logiciels "traditionnels" de dessin vectoriel, d'architecture, ou de 3d.
Apparemment, mettre un objet dans un "level" de plus ou de moins n'a aucune répercussion sur l'ordre du rendu,
ce n'est pas comme avec des "layers" dxf/dwg.

Donc il me semble qu'il ne reste qu'à faire un essai, et voir ce que cela donne.

Pas attendre que le résultat soit transmis sur l'interface ouaibbe d'openstreetmap.org,
ça pourrait prendre une semaine.
Il y a 
http://www.informationfreeway.org/
qui répercute "en live" les rendus des modifications,
et si à zoom 12 on fait un ctrl-clic, ça lance une requête pour re-rendre tes données (pas en abuser, patience...).

Plus en détail, il y a 
http://tah.openstreetmap.org/Browse/
Ce n'est pas aisé pour naviguer dans l'interface et trouver son coin, mais est vachtément efficace.
Pas en abuser, cool Raoul, les potes font ce qu'ils peuvent, ce ne sont pas des boeufs, pas les pousser dans les orties...
Mine de rien, transformer les données vectorielles de la base de données en images pixel, ça demande du boulot, capacité de traitement et de stockage, et bande passante pour mettre en ligne.
Nous "simples contributeurs de données" on ne s'en rend pas forcément compte du travail que ceux-là derrière fournissent. Moi non plus ne suis pas "dedans", je juste peux apprécier le résultat, chapeau bas à eux.

Selon comment sont occupé les potes qui font tiles at home (tah), ça peut aller plus viite que t'as le temps pour cliquer, ou peut demander des heures ou des jours,
'faut pas leur en vouloir, ils font ce qu'ils peuvent.
Si ça vraiment tarde des jours et des jours, on peut relancer un "request" pour rendu.

Vlà,
ce crois qu'il faut se lancer, essayer, tester ce que ça donne,
et si ça foire, revenir en arrière,
puis re-commencer...

Josm permet d'enregistrer des données en local,
ça peut aider à revenir en arrière si besoin est,
à condition de traiter des petites surfaces, pas un village en entier.

Aussi, maintenant les modif's qu'on apporte sont regroupées dans un "changeset", dans un ensemble de modifications,
et il doit y avoir moyen d'annuler une série de modifs qu'on a fait,
à condition de le faire vite, avant qu'un autre contributeur à son tour soit intervenu,
mais je n'ai pas encore trouvé le bouton-clic "revert" dans josm (alzi ?).
---

Brouillon précédent, ça se croise :

Le 22 sept. 2010 à 00:21, Vincent de Chateau-Thierry a écrit :
> Le 21/09/2010 23:15, g.d a écrit :
>> 
>> Le 21 sept. 2010 à 21:53, René-Luc D'Hont a écrit :
>>> Pour info mon problème de residential in residential n'est pas strictement lié aux résidences étudiantes.
>> 
>> Il est lié à quoi, stp ?, quel est le dilemme, au juste ?, exemple ?
>> Pour qu'on puisse regarder voir, et éventuellement aider à trouver.
>> 
> En effet, les résidences ne sont pas qu'étudiantes. Le terme recouvre pour moi un ensemble de notions présentes +/- toutes ensembles :
> * un ensemble de constructions (immeubles et pavillons) de même style/époque, sorties du même moule
> * une délimitation visible : murs, clôtures (barrier=*)
> * des entrées matérialisées, parfois des barrières d'accès (access=*), des panneaux à l'entrée avec le nom de la résidence
> * des voies de desserte entre les bâtiments (highway=service)
> * parfois des aires de jeu, voire des commerces
> * et donc un nom propre pour désigner l'ensemble : "Residence xxx", qui sert pour exprimer l'adresse postale, combiné à un numéro de bâtiment/ de cage d'escalier (Résidence xxx / Bâtiment B / Escalier 2)
> 
> Je ne sais pas si ReLuc parlait de ça, mais je sais que je sèche quand il s'agit de tagguer ce genre d'emprise, assez fréquente en zone urbaine.
> vincent

Oui, je vois ce que tu veux dire, c'est courant en ville...
Un peu comme
http://www.openstreetmap.org/?lat=43.62171&lon=3.87732&zoom=17&layers=M

Corriger et taguer correctement tout cela correctement n'est pas chose aisée.

Souvent il manque même l'entrée (C'est par où qu'on y entre ? par quelle rue ?), sans parler des voies de circulation intérieures,

et quand des cycleways traversent des bâtiments, sans être rattaché aux rues, 
quand des rues elles-mêmes traversent des bâtis,
et des bus_stops se retrouvent dans une arrière-cour, 
ça devient chaud ("port du casque obligatoire" ?).
Parfois on se demande, s'il y a encore un humain qui regarde...

Je crains qu'on ne peut que remonter les manches et tenter d'amender tout ce brouhaha manuellement.
Pleurer dans son casque,
et prier, qu'à un moment les imports automatiques s'arrêteront (? quand... ?), qu'on ait le temps pour remettre ça d'aplomb.

Le nombre de contributeurs me paraît minuscule, par rapport aux masses de données importées,
je crains que déjà en l'état actuel on ait du boulot pour quelques générations d'osm'eurs sur la planche, seulement à rectifier des bourdes d'import...

Quant aux zones "residential" ou "amenity", selon,
même si on ne dessine pas leur circulation intérieure,
je pense que quand même il faudrait leur mettre un node commun avec le réseau routier, un "micro-stub" de route, aux endroit où on y accède
(Sinon on tourne en bourrique, avec un nav', fait cinq fois le tour avant de trouver).

Pour
> Résidence xxx / Bâtiment B / Escalier 2),
c'est encore un autre boulot, de hacher menu les bâtis et mettre l'adresse correcte aux divers copeaux.

Par contre, il me paraît important, de mettre où se trouve l'accueil d'un centre d'enseignement (soit-il universitaire, ou maternel), 
et les accueils des centres médicaux, des hôpitaux et autres cliniques, et par où on y accède. Au moins pour les "urgences".

Ça peut éviter qu'un accidenté rende l'âme devant clôture fermée (j'ai eu ce blême, avais donné premier secours dans un accident, garrots de fortune, et comme les secours n'arrivaient pas ai pris le gars dans la voiture et turbo hurlant direction le prochain hosto, 
mais le temps que je trouve l'entré d'urgences de nuit, qui n'était pas l'entrée d'urgences indiquée sur les panneaux, opérationnelle uniquement en journée, le gars était mort. Bon, le chirurgien de garde m'a "rassuré" : "Il serait mort de toute façon, hémorragies internes, lésions graves, rien à faire, il était irrécupérable déjà quand vous l'avez ramassé". Mais j'aurais tout de même préféré pouvoir le remettre aux médecins, avant qu'il meure.

Ou peut éviter qu'une femme donne naissance à bébé dans la voiture dans la rue. Les entrés, surtout en ville, souvent ne sont pas signalés de loin, juste quand on est directement devant. Parfois, c'est un peu tard...

Même pour "école" tel m'était arrivé...
Divorcé, femme et enfants avaient déménagé et re-déménagé, 
trois jours après leur dernier déménagement l'école m'appelle me disant que je veuille bien récupérer ma fille, l'école ferme pour grève d'ici une demi-heure, tous gamins dehors dans la rue.
La mère à l'hosto, sous anesthésie.
Moi à l'autre bout de l'hexagone, sur chantier, laisse tout tomber et y file, pédale au plancher, à l'adresse indiquée.
Seulement, que l'adresse qu'on m'avait donné n'était que l'adresse postale, la porte de ce côté-là fermée-rouillée depuis un siècle, juste une boîte de lettres.
La véritable entrée de l'école était dans une ruelle en sens-unique dans les arrières du quartier.
Ma fille était bien là, devant la porte de l'école, j'ai pu la récupérer.
	(Pas inquiète pour un poil, elle savait que je venais la chercher, juste "papa, j'ai froid, il neige, on rentre à la maison ?" Oui, bien sûr. On allume le feu, et tu seras bien au chaud dans ta plume, devant.
Après lui avoir frotté mains et pieds, je lui quand même ai fait un bain tiède et remonté doucement la température. Ouff, pas d'engelures).
Quoique cela aurait pu soulever d'autres questions (responsabilité de l'école et autres, de larguer un enfant dehors, hiver), 
j'aurais bien aimé savoir ou en vérité était l'entrée, ça aurait pu éviter que je perde des minutes.
	Ouich, à l'époque il n'y avait pas de gps, encore moins osm,
mais maintenant on l'a, 
donc...







Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr