[OSM-talk-fr] OSM dans l'IGN Magazine n°68 :)

Pieren pieren3 at gmail.com
Mar 4 Déc 21:21:47 UTC 2012


On Tue, Dec 4, 2012 at 9:29 PM, Christian Quest <cquest at openstreetmap.fr> wrote:
> Les gentils amateurs ne vont pas faire les difficiles ;)

Oui, il y a encore dans certains passages un certain ton hautain et
moqueur sauf dans l'intervention du DG. Et surtout, pas mal
d'approximations, erreurs et oublis (volontaires ?)
Page 14, on retrouve la légende de Steve Coast, professeur, alors
qu'il était étudiant... Comme quoi, il suffit qu'une con...., pardon
bêtise, soit dite par quelqu'un en France pour que celle-ci se répète
à intervalle régulier (tiens, ça me rappelle l'histoire d'une ile
figurant sur toutes les cartes "officielles" mais qui, finalement,
n'existait pas ;-)
"OSM conçoit plus la donnée géographique comme un support que comme
une fin en soi", alors que pour l'IGN "le territoire français est
intégralement couvert, la meilleure qualité est garantie". Comme si
les lacunes dans la couverture et la qualité n'était pas une
préoccupation pour les contributeurs ... (mais je vais y revenir plus
loin).
Page 15, "les recettes liées au développement de services basés sur
les données numériques n'ont pas vraiment décollé". Ah hum, je tousse.
Pourquoi ont-ils tellement baissé leurs tarifs si le "payant" n'était
pas un obstacle... Et pourquoi Geoportail ne cesse de courir derrière
Google...
"La gratuité totale n'est pas la réponse". "la gratuité relève de
l'idéologie plutôt que de l'économie". Bah oui, pourquoi les données
de l'usgs ou de la nasa sont dans le domaine public, hein, si ce n'est
pour enrichir les majors américaines. Les américains sont connus pour
être nuls en économie mais très idéologues sur la gratuité.
"On ne sait pas où est le 1% d'erreurs (dans Wikipedia)". Oui, je me
disais la même chose à propos du RGE ;-)
Plus globalement, l'intervention du DG se limite .. à la France. Dès
qu'un projet veut sortir des frontières hexagonales, c'est le presque
vide sidéral. En même temps, c'est normal, ça ne fait pas partie de
ses missions alors qu'OSM n'a pas de frontières (dans les esprits en
tout cas).

Au président d'OpenStreetMap France, j'ai deux remarques :
On donne l'impression qu'OSM, c'est surtout les arrêts de bus et les
horaires d'ouverture des KFC. C'est sûrement utile comme information.
Mais avant ça, on y a mis les rues, les bâtiments, les forêts, les
zones résidentielles, industrielles, commerciales, bref tout ce que
l'IGN laisse croire qu'ils sont les seuls à faire... OSM serait juste
bon pour du micro-mapping à les lire.
Autre point : il ne faudrait pas demander la libération du RGE. Ça,
c'est comme si on leur demandait de baisser le pantalon. C'est trop et
trop tard. On serait déjà très, très contents s'ils nous autorisaient
à utiliser leur imagerie aérienne la plus récente et pas les photos
non rectifiées des années 70 comme c'est le cas actuellement. Et comme
ils discutent avec la DGFiP pour unifier le parcellaire, ça serait
aussi bien qu'ils ne nous empêchent pas d'en exploiter le résultat
dans le futur. Sinon, bon travail tout de même. Ça avance dans la
bonne direction.

Pieren




Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr