[OSM-talk-fr] registre parcellaire graphique, WMS et JOSM

Sylvain Maillard sylvain.maillard at gmail.com
Mer 5 Déc 09:13:50 UTC 2012


Avant de trop taper sur les données CLC, je ne peux que recommander la
(re)lecture de la méthodologie utilisée (version simplifiée
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/spipwwwmedad/pdf/Methodologie_CLC_cle1e1d2e.pdf),
ainsi que les objectifs de cette base de données : si on veut l'utiliser
pour autre chose que ce pour quoi elle a été conçue, il y a effectivement
de forte chances pour qu'elle ne soit pas adaptée !

Sylvain


Le 5 décembre 2012 09:04, Philippe Verdy <verdy_p at wanadoo.fr> a écrit :

> Je ne remets pas en cause bien des choses, c'est juste que la distinction
> entre prairie et champ est souvent difficile à établir : là où il y a des
> élevages il y a besoin aussi de les alimenter, on trouve donc un mélange
> entre les terres de culture et les terres de pâturage. Mais c'est aussi
> assez dépendant de la façon dont les élevages sont gérés : en élevage
> intensif, ils restent dans des parcs limités et ne vont jamais pâturer, les
> champs autour sont alors pour la culture.
>
> Sinon des terres sont aussi trop pauvres ou trop fragiles pour faire des
> cultures (ou bien il y a un régulation environnementale qui empêche de
> faire des cultures (zones protégées en montagne par exemple) : ce ne peut
> alors être que des pâturages (et encore ils sont limités en densité
> d'animaux pour éviter qu'ils dévastent tout eux aussi).
>
> Mais en plaine, c'est très difficile de savoir si on a un champ ou une
> prairie : on voit bien que c'est une terre agricole, mais son usage varie :
> on passe un mois on voit des animaux paître, à côté d'un autre champ en
> culture, le mois suivant les deux parcelles sont échangées. L'imposition de
> la jachère (pour limiter le taux des espaces en culture et limiter aussi
> les apports d'engrais qui sont lessivés et polluent les nappes) favorise
> cette rotation (comme on a aussi des rotations de cultures,
> particulièrement avec le maïs qui est très exigent en azote et en eau).
>
> Les vergers et vignes de toute façon ne sont ni des prairies, ni des
> champs. En revanche la nature des élevages autour est assez stable, et on
> identifie parfaitement ceux qui sont en élevage intensifs (avec alors des
> champs assez grands, dédiés à la production du maïs et des ensilages), et
> ceux en élevage extensif où les bêtes passent régulièrement d'une parcelle
> à l'autre, dans des champs plus petits et où la rotation entre cultures et
> prairies est très fréquente).
>
> L'élevage intensif concerne surtout en France les poulaillers, les lapins,
> et l'élevage porcin. Pour les élevages laitiers ou de boeuf de boucherie,
> ou encore les élevages ovins et équestres, l'élevage est rarement intensif
> (on n'est pas comme aux Etats-Unis voire en Argentine, avec les immenses
> troupeaux qu'ils sont obligés de déplacer, car les terres sont beaucoup
> plus pauvres, trop pour les cultures : on a là-bas une séparation claire
> entre les terres d'élevage et les terres de culture, avec un découpage en
> parcelles beaucoup plus grandes dans les deux cas).
>
> La particularité de la France c'est justement son découpage parcellaire
> fin : le bocage, où les rotations de cultures et des élevages sont
> fréquents (cas à part des zones de montagne en altitude, protégées, et des
> plaines de la Beauce dédiées aux cultures céréalières intensives avec
> quasiment aucun élevage, donc pas de rotation non plus, juste des terres
> parfois laissées au repos pendant certaines années).
>
> Même si des remembrements ont eu lieu pour agrandir les parcelles et
> améliorer la productivité, la rotation des terres n'a pas disparu. En
> revanche le développement de l'élevage intensif ont été le principal moteur
> de ces remembrements, à cause des besoins en alimentation animale qui exige
> des terres de culture importantes et séparées des petites parcelles
> d'élevage intensif.
>
> Distinguer donc les champs ou les prairies est donc forcément difficile
> dans le bocage. Ces terres devraient être identifiées comme "mixte" et non
> dans un type ou l'autre. Le bocage en plus a une valeur très élevée pour la
> biodiversité (notamment les haies, essentielles à la petite faune de
> gibiers, aux oiseaux, et aux insectes pollinisateurs), et aussi comme
> élément fixant les sols, limitant l'érosion ; c'est aussi une usine
> naturelle de dépollution pour protéger les nappes et rivières de l'impact
> des productions agricoles (nitrification des eaux, eutrophisation des
> rivières et estuaires, prolifération des algues en bord de mer, à cause des
> engrais des cultures mais aussi les  "épandages" des déchets azotés
> des élevages, les deux étant rapidement lessivés sans être fixés par le
> sol) et aussi limiter l'impact des crues pour protéger les villes et
> villages (le bocage sert de zone inondable).
>
>
> _______________________________________________
> Talk-fr mailing list
> Talk-fr at openstreetmap.org
> http://lists.openstreetmap.org/listinfo/talk-fr
>
>
-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe HTML a été nettoyée...
URL: <http://lists.openstreetmap.org/pipermail/talk-fr/attachments/20121205/1c457f1c/attachment.htm>


Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr