[OSM-talk-fr] Lieux-dits

Christian Rogel christian.rogel at club-internet.fr
Jeu 23 Aou 15:13:05 UTC 2018


> Le 23 août 2018 à 13:40, marc marc <marc_marc_irc at hotmail.com> a écrit :
> 
>> Le 22. 08. 18 à 17:39, Christian Rogel a écrit :
>> La carte ne sera jamais trop chargée, c’est aux utilisateurs de filtrer
> 
> 5ieme idée : si on suit les 4 premières, il y a aura
> tellement de lieu-dit que les cartes "standard" vont filtrer.
> donc on peux se demander quel ce qui est le plus utile ?
> encoder des infos masquées et peu utilisées ?
> quelqu'un va-t-il chercher le lieux-dit en plein champ ?
> ou rechercher l'ancien lieux-dit d'un champs devenu
> un lotissement dont on n'utilise plus que la nouvelle adresse ?
> sûrement que cela arrive mais cela doit être assez rare.
> les lieux-dits, c'est aussi en fonction de l'usage :
> Si le nom d'un lieu dit n'est jamais utilisé, ce n'est plus un lieu DIT.
> Si on voulait tous les lieux-dits, on aurait fait un import.
> 
> si on veux faire de l'utile, je pense que les rues nommées manquantes 
> sont une priorité... après à chacun de faire selon ses affinités bien 
> évidement.

Le crowdsourcing dépasse l’idée du simple collaboratif pour lequel la notion de priorité pourrait avoir du sens.
Dans le premier, un contributeur ne suit que ses propres priorités et il ne peut recevoir que des conseils et des incitations, dont il fait ce qu’il veut dans un cadre permissif et très général.
C’est après coup que l’on peut constater que la communauté a dégagé des priorités.
Si les « locality » et les « hamlet » arrivent à être cartographiés massivement, ce sera parce que « l’intelligence collective » l’aura « décidé » sans priorisation.
Ceci n’empêche en rien les « projets du mois » et autres initiatives incitatrices. 

Un lieu-dit (parfois, non officiel) est  un matériau administratif et certains en ont besoin (agents publics, acheteurs,…), tout autant que des références sur les armoires techniques.

Il y a deux catégories de contributeurs : les monotâches et les autres (ils alternent beaucoup). 
Chasser l’arrêt de bus, le toponyme officiel ou le nom en langue régionale est souvent l’occasion de mettre des noms de rue ou des rond-points.

Christian R.



Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr