[OSM-talk-fr] Lieux-dits

Christian Rogel christian.rogel at club-internet.fr
Dim 26 Aou 19:22:39 UTC 2018



> Le 25 août 2018 à 16:30, marc marc <marc_marc_irc at hotmail.com> a écrit :
> 
> Le 23. 08. 18 à 15:13, djakk djakk a écrit :
>> place= administrative_locality 
>> quand on recopie le cadastre ?
> 
> cela ne me semble pas une bonne idée.
> la question est plutôt de se demander son utilité et d'agir en fonction.


J’ai essayé d’expliquer que le concept d’utilité n’a guère de sens quand on participe à du crowdsourcing.
On ne demande pas aux autres ce qu’ils croient utile, mais, si cela soulève un intérêt chez eux.
On ne cartographie avec un esprit de codeur (même si la cartographie ne peut se passer de codage).

> 
> si quelqu'un croit comme dit dans un autre message, que certains 
> notaires ou acheteur utilisent osm pour trouver les lieux dit
> mentionné dans un acte administratif, alors autant discuter
> d'un import national au lieu de faire des milliers de clic.
> sinon il faudrait trouver un moyen de se limiter aux lits
> dit "toujours dit", càd toujours utilisé (j'ignore par exemple
> si on peux avoir un retour des recherches nominatim pour connaître
> les lieux cherché sur osm mais manquants).


Selon mon expérience, et je crois en avoir beaucoup, cela ne serait pas intéressant de pratiquer des imports massifs, car la localisation cadastrale est assez souvent imprécise ou même obsolète;
Pour les hameaux, il arrive que les noms soient absents, mais, qu’on ne puisse les retrouver que dans les noms des regroupements de parcelles.
Autre « piège », les distinctions entre haut et bas (d’en haut, d’abas) ne sont plus usitèes si le quartier est urbanisé.

> 
> par contre pour l'instant on est dans le pire des 2
> certains pensent être utile a passer des heures à importer des lieux
> qui ne sont peut-être pas utile (alors qu'un import en bonne et dû forme 
> prendrait moins temps), tout en ayant aucun moyen de masse
> pour valider les erreurs de cet import "distribué"

Encore, cette idée de « l’utilité », qui est d’autant moins pertinente que le renseignement des toponymes est peu chronophage par rapport à d’autres localisations, comme les arrêts de bus (une dizaine de tags + l'abribus (ou le poteau, la poubelle, le pavage tactile).
Là, l’import serait raisonnable, si la géolocalisation est exacte. On n’y est pas encore.

Pour moi, les préjugés sur les lieux-dits ressortissent à deux biais : désir d’une carte « propre » et manque de familiarité avec la façon dont les gens se repèrent hors de grandes villes.
Perso, les références sur les armoires techniques ne sont pas plus »utiles » que les lieux-dits.


Christian R.


Plus d'informations sur la liste de diffusion Talk-fr