<html><head><meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=utf-8"></head><body dir="auto"><div></div><div><br></div><div><br>Le 27 août 2018 à 11:10, Jérôme Seigneuret <<a href="mailto:jerome.seigneuret@gmail.com">jerome.seigneuret@gmail.com</a>> a écrit :<br><br></div><blockquote type="cite"><div><div dir="ltr"><div class="gmail_quote"><div dir="ltr">Le lun. 27 août 2018 à 09:36, Stéphane Péneau <<a href="mailto:stephane.peneau@wanadoo.fr">stephane.peneau@wanadoo.fr</a>> a écrit :<br></div><blockquote class="gmail_quote" style="margin:0px 0px 0px 0.8ex;border-left:1px solid rgb(204,204,204);padding-left:1ex">Le 26/08/2018 à 21:23, Christian Rogel a écrit :<br>
> Selon mon expérience, et je crois en avoir beaucoup, cela ne serait pas intéressant de pratiquer des imports massifs, car la localisation cadastrale est assez souvent imprécise ou même obsolète;<br>
Dans ce cas, comment les ajouter avec un minimum de fiabilité si la <br>
seule source est le cadastre ?<br></blockquote><div>Avec de la communication auprès des locaux (collectivités, agriculteurs ...) </div><div>Il y a peu être qu'une seul source numérique mais pas une seule source d'information. Qui plus est, il existe aussi des lieu-dits sur la Carte Cassini. Le cadastre utilise, comme l'avait déjà mis en avant <a class="gmail_plusreply" id="gmail-plusReplyChip-0" href="mailto:cquest@openstreetmap.fr" tabindex="-1">@Christian Quest</a>, des élément cardinaux pour décomposer des zones ce qui n'a pas de sens en terme de saisie OSM.<b> Le Lieudit Sud</b>, <b>Le Lieudit Nord</b>. Le point se situe entre les deux et prend les deux parties présentés dans le cadastre. On notera <b>Le Lieudit </b>comme point central (ou en polygon quand les limites du lieudit sont connues). C'est le cas des terrains agricole exploités depuis longtemps. Certains porte le nom du bois. Donc même nom sur le landuse et sur le lieudit > on fait quoi? </div><div>Dans le temps les limites peuvent aussi bouger (être flou voir de plus en plus flou par perte de connaissance). C'est aussi le cas des communes (échange parcellaires)</div><div><br></div><div>Le lieudit peut correspondre à une logique géographique (vallon, ...) ou à un contexte historique ( appartenance à une famille) </div><div>Les limites des lieudits sont très compliquées à connaitre et c'est pour ça que c'est géré quasi-uniquement sous forme de point.</div><div><br></div><div>Ce sujet ressort régulièrement. Je propose d'intégrer au wiki des cas rencontrés et d'y adjoindre des solutions ou une démarche pour faire la saisie. On ne peut pas prendre le Cadastre comme seule source. C'est le cas pour le calage des données géographique, pour les noms de rue et du coup pour les lieudit.</div><div><br></div><div>La carte topo 25000 IGN en référence aussi à sa manière. Juste pour info et pour rappeler qu'une guerre de données existe depuis bien longtemps, certains opérateurs mettent des erreurs volontairement pour vérifier si une copie de leur référentiel a été faite (partielle ou totale). Ca rentre dans la politique de protection des données et des obligations de citer la source. Sans compter que c'est saisie par des moyens humains et donc potentiellement avec des erreurs. Sur les nom de rue on a eu une discussion pour établir la vérité sur des noms enregistré officiellement qui sont erronnés. Même le nom officiel peut donc être faut.</div><div>en attendant que ce soit corrigé il y a un official_name=* name=* local_name=*</div><div>Sur les noms de rue à Montpellier pour prendre en compte l'info sur l'erreur, ils avaient mis en description ou notes et les infos concernant la délibération du conseil municipal. Je crois qu'il n'y a plus d'erreurs sur le terrain donc plus de note...</div><div><br></div><div>Le Cadastre n'est de fait pas la seule source. C'est une source dont on a l'habitude et qui est disponible en fond de plan pour la saisie dans les outils OSM.</div></div></div></div></blockquote><br><div>Je n’ai rien à ajouter à cet exposé. Les lieux-dits, comme toute la toponymie sont une matière humaine assez complexe, stable là, instable plus loin.</div><div>Autrement dit, cela relève d’une logique floue, impossible à mettre en algorithmes.</div><div>Même leurs usages sont difficilement discernables.</div><div>Leur présence massive viendra de l’intérêt qu’y prendra, de manière collective, la communauté et non pas d’un établissement de priorités.</div><div>Attirer l’attention sur tel ou tel « manque », oui, sembler freiner, non.</div><div><br></div><div>Christian R. </div></body></html>