[Hot-francophone] L'embarras du choix de l'imagerie

Jean-Marc Liotier jm at liotier.org
Mer 6 Sep 10:27:19 UTC 2017


Il me semble donc que nous partageons la problématique et qu'elle est
globale.

Les points développés dans ce message:
- Ouverture des données des réseaux géodésiques
- Collecte des points de contrôle
- Modélisation des points de contrôle
- Utilisation des points de contrôle

Dans tous les cas, les contributeurs intéressés pourront lire
https://wiki.openstreetmap.org/wiki/WikiProject_France/Rep%C3%A8res_G%C3%A9od%C3%A9siques
pour voir comment les repères géodésiques sont modélisés en France.

L'idéal ailleurs aussi serait l'usage des réseaux géodésiques
existants, comme nous le faisons en France avec celui de l'IGN. Le
Sénégal est doté de plusieurs réseaux géodésiques
(http://dtgc.au-senegal.com/services.html), ainsi que le Mali
(http://www.igm-mali.ml/production/geodesie/), le Burkina Faso
(https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=geo-006:1998:96::1262), le
Nigeria (http://www.geometral.pt/fr/portfolio-type/geodesia-2/), le
Cameroun (http://www.aftopo.org/download.php?matricule=413110) et bien
d'autres: http://www.fao.org/docrep/w7238f/w7238f06.htm (document de
1996 - donc c'est certainement encore mieux depuis). Pour exploiter ces
resources, nous sommes dans une problématique d'ouverture des données.
J'entends des bruits de militance "open data" de divers pays - ceci
serait un excellent cas concret, surtout que ces données sont une
infrastructure fondamentale de service public bénéficiant à l'ensemble
de la population et peut soumise à des conflits d'intérêts vu sa faible
valeur commerciale. Je soupçonne néanmoins que ces efforts buteront sur
le positionnement d'agences nationales en tant que bureaux d'études. Des
volontaires sur place pour aller frapper aux portes ?

Parallèlement, Openstreetmap peut produire ses propres points de
contrôle. Comme le faisait remarquer Martin, Fred Moine en avait
relevé avec un GPS différentiel pour caler l'imagerie aérienne de Haïti
(cf.
https://haiti.kalideos.fr/drupal/system/files/public/news/workshops/01_Atelier_Kal-Haiti_2012_OSM.pdf
page 43) (dans son message précédent il dit "campagne de GPS
différentiel, faite par Jean Guilhem, avec le CNES pour caler leur
images spots sur tout le territoire haïtien" - ce sont deux actions
distinctes ou la même ?). Le DGPS est idéal pour cet usage mais la
campagne est coûteuse même sans compter l'équipement exotique... Une
méthode décrite par Fred a l'avantage de tolérer les récepteurs GPS
basiques:
https://lists.openstreetmap.org/pipermail/hot-francophone/2017-September/001098.html

Quelle que soit la méthode retenue, il faudra user les semelles et
mettre du carburant dans les motos. De telles campagnes ont déjà eu
lieu dans vos pays ?

Et quelle que soit la méthode les points de contrôle pourront être
enregistrés dans Openstreetmap:

man_made=survey_point
survey=ground_control_point
source=*
- survey (récepteur GPS basique)
- EGNOS (GPS avec correction EGNS)
- DGPS (GPS différentiel)
- IGN (ou votre agence nationale favorite)
lat=* (WGS-84)
lon=* (WGS-84)
alt:wgs84=* (altitude en WGS-84)
note=Ne pas déplacer ce point - do not move this node !
description=Coin sud-ouest du minaret de la Mosquée de la Divinité
url=http://www.toposat.fr/wp-content/uploads/2016/07/gcp_larnaka.pdf

Je propose ici d'utiliser l'attribut url=* pour pointer optionnellement
sur la documentation du point de contrôle - au moins une photo du
récepteur GPS en position.

Reste à utiliser ces données chèrement collectées. La méthode manuelle
a l'avantage d'être tous-terrains:
https://wiki.openstreetmap.org/wiki/Using_Imagery#Matching_imagery_using_different_editors
(si quelqu'un est motivé par la traduction,
https://wiki.openstreetmap.org/wiki/FR:Using_Imagery#Faire_correspondre_l.27imagerie_en_utilisant_diff.C3.A9rents_.C3.A9diteurs
est loin d'être aussi complet que la version Angloise)

Avec JOSM on a aussi la méthode GPSBlam de Fred et la base  de
données de décalage de géométrie fournie par le plugin
https://wiki.openstreetmap.org/wiki/Imagery_Offset_Database

Mais surtout la communication vers les novices qui subissent sans le
savoir les décalages entre les sources d'imagerie devra intégrer cette
méthodologie dès la prise en main de l'éditeur. Je pense notamment aux
amateurs de task manager fans de batiments - le traçage des bâtiments
ayant forcément le plus fréquemment lieu en milieu urbain dense, il a
lieu avec des tolérances faibles et le moindre décalage entre les
sources d'imagerie l'affecte donc particulièrement.



Plus d'informations sur la liste de diffusion Hot-francophone